La bibliothèque de la révolution sociale : l’oligarchie

L'ouvrage de référence pour l'objectif 2012 : bouter le représentant à talonnettes des patrons de l'Elysée

Remise en cause du Code du Travail, ultralibéralisme sans fard dans les entreprises et main mise des grands patrons sur les décisions du pays, le Medef a su faire avancer ses pions sur l’échiquier politique. Au point qu’avec Nicolas Sarkozy au pouvoir on ne sait plus vraiment qui gouverne : l’Etat républicain censé protéger ses citoyens dont la majorité sont salariés ? Ou ces grandes entreprises qui ont des complices au sein même des instances démocratiques ? Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont analysé le phénomène avec leur « enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy ».

En France, « 93% de la population active est salariée », rappelait Gérard Filoche sur France-Info cette semaine, (cf « Gérard Filoche et le centenaire du Code du Travail). Il poursuit : « les patrons, ça représentent combien de personnes ? 1,2 million, 1,3 million de personnes ? Et, il y a combien de salariés en France : 23 millions ? ». L’inspecteur du travail militant résume, en une phrase, l’inégal rapport de force qui s’est instauré : une minorité dorée contrôle une majorité qui perd sans cesse ses acquis.

Nos sociologues enfoncent le clou : « La représentation du peuple n’a pas grand chose à voir avec sa réalité sociologique ». Ainsi, rappellent-ils : « Les ouvriers et les employés représentent plus de la moitié de la population active, mais seulement 1% des députés proviennent de leurs rangs. A l’inverse, les cadres, les professions intellectuelles supérieures et les professions libérales ne représentent que 15% de la population active mais 81% des députés. »

C’est que nos élites ont appris à se reproduire entre elles et prendre place dans la démocratie française. Et depuis quelques temps, le mélange des genres se fait au grand jour. Du désormais célèbre « dîner du Fouquet’s », jusqu’à aujourd’hui, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont épluché la presse et traqué les faits et gestes du président de la République. Et leur constat est cinglant : « Lorsque tous les pouvoirs sont entre les mains de personnes qui entretiennent des liens étroits et forment un groupe de fait, on peut parler d’oligarchie », concluent-ils.

Ainsi, de la consanguinité des conseils d’administrations des grandes entreprises aux troublants liens patrons/politiciens, tout est passé au laser social de nos deux sociologues qui ont déjà beaucoup travaillé sur la bourgeoisie française. C’est alors un système aux rouages bien huilés qui apparaît sous nos yeux. Mais, c’est en connaissant l’ennemi qu’on pourra mieux le combattre. C’est le sens de ce livre qui se veut une contribution au « front large, massif et solidaire » qui doit se construire « pour contester l’oligarchie dont Nicolas Sarkozy est le représentant politique au sommet de l’Etat. »

 

Publicités

A propos Nicolas Séné

Nicolas Séné, journaliste indépendant spécialisé dans les questions sociales, a recueilli une foule de témoignages. Il démontre, exemples vécus à l’appui, comment les cadres des SSII sombrent d’année en année dans un marasme professionnel, moral et personnel de plus en plus profond. Un malaise nouveau, typique du capitalisme actuel, dont personne ne semble avoir encore pris la mesure.
Cet article, publié dans La bibliothèque de la révolution sociale, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s