Le Grand Timonier du Syntec numérique poursuit la Révolution culturelle

Le nouveau Mao numérique fait preuve de modernité : il s'assoit sur les coins de table

Guy Mamou-Mani est, depuis juin dernier, le nouveau visage du syndicat patronal Syntec numérique. Pour commencer l’année, nous nous devions de replonger dans son programme de candidature. Un vrai Petit Livre Rouge où le patronat informatique compte bien poursuivre sa Révolution culturelle avec les armes de la communication, du lobbying politique et de la destruction du Code du travail.

Le nouveau Grand Timonier du Syntec numérique (dont l’un des secteurs qu’il représente est celui des SSII) a beau jeu de clamer sur son blog (cf « Le blog de Guy Mamou-Mani ») qu’avec lui,tout ne sera que « transparence » et « débat ». Il restera, à coup sûr, dans la droite ligne du Parti. Pour s’en assurer, il suffit juste de jeter un œil à sa « CANDIDATURE À LA PRÉSIDENCE DU SYNTEC INFORMATIQUE ».

« Notre industrie représente un enjeu stratégique pour notre pays, pour l’Europe. Elle est créatrice d’emplois, de valeurs, de développement. L’innovation et les nouvelles technologies permettront à notre économie de surmonter la crise, de prospérer, de grandir. » Dès l’introduction, on comprend vite que l’homme nouveau numérique est en passe de voir le jour sur cette planète. « Proactifs », « flexibles », tout entier à leur entreprise, les salariés abordent cette nouvelle année dans la propagande officielle qui n’a pas bougé d’un iota dans le patronat français.

Mais le Mao des temps modernes n’est pas dupe et avoue même : « Les jeunes et les étudiants ont une mauvaise perception de notre secteur et des métiers qui le composent. » C’est qu’ils ont quelques années de recul sur le laboratoire social qu’est l’informatique. Guy a donc la solution au problème : communiquer ! Deux axes, entre autres, sont pour lui prioritaires : « les négociations sociales » et « la dynamisation de la relation avec le secteur universitaire. » Sacré enjeu que de communiquer sur les négociations sociales où le fait symbolique est l’augmentation de salaire. Les informaticiens de SSII qui ont encore eu 0% d’augmentation cette année, levez la main ! Quant à « la dynamisation de la relation avec le secteur universitaire », c’est très inquiétant pour l’université publique. Car les entreprises y ont déjà portes ouvertes pour déclamer leurs inepties (cf « Les étudiants font la leçon aux patrons de SSII »).

Voilà ce que me confiait un ancien responsable de SSII qui était partie prenante au feu Syntec informatique  : « C’est vrai qu’au Syntec, on ne parlait jamais des salariés. On était beaucoup plus préoccupés par nos actions de lobbying à l’Assemblée nationale ». C’est que le lobbying politique est une des actions du Syntec numérique. Et, Guy Mamou-Mani est très décomplexé sur le sujet. « Le Syntec Informatique doit lui aussi se transformer en puissante organisation de lobbying. Pour cela je propose de recruter un lobbyiste professionnel », poursuit-il dans son testament idéologique. Le boulot de ce professionnel sera, entre autre mission, de s’occuper des « instances gouvernementales ».

Enfin, le dernier axe est la grande marotte du Medef : poursuivre la destruction du Code du Travail. Notre Mao numérique appelle cela : « Proposer un nouveau contrat social ». Il entend donc  notamment « obtenir une modification du droit du travail à travers une législation ou des accords de branche spécifiques à nos métiers ». Après avoir déjà légaliser l’aberration sociale du CDIC, ce CDI dit de chantier qui s’arrête une fois la mission terminée ; après que les SSII se soient mises en pleine illégalité avec la mise en régie, on sait déjà ce que risque de proposer le nouveau Président. Pour cela, il faut se souvenir de ce document de positions publié le 17 décembre 2003 par son organisation : utiliser les jours de congé, de repos et le compte épargne temps pour combler les périodes d’intercontrat, individualiser les mesures de chômage partiel et, cerise sur le gâteau social, instaurer un « licenciement pour inadaptation aux conditions du marché » !!! Finalement, le patronat numérique n’est pas si moderne que ça.

 

 

 

 

 

 

Publicités

A propos Nicolas Séné

Nicolas Séné, journaliste indépendant spécialisé dans les questions sociales, a recueilli une foule de témoignages. Il démontre, exemples vécus à l’appui, comment les cadres des SSII sombrent d’année en année dans un marasme professionnel, moral et personnel de plus en plus profond. Un malaise nouveau, typique du capitalisme actuel, dont personne ne semble avoir encore pris la mesure.
Cet article, publié dans Le petit monde des grandes SSII, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Grand Timonier du Syntec numérique poursuit la Révolution culturelle

  1. Damien dit :

    « utiliser les jours de congé, de repos et le compte épargne temps pour combler les périodes d’intercontrat »

    je ne sais pas si vous êtes au courant (je me rappelle pas avoir lu de passage là dessus dans le livre) mais dans beaucoup de SSII les RTT sont partagés en RTT dit « employés » et RTT dit « employeurs ». Les RTT « employés » sont à l’initiative de l’employé (sic!) alors que les RTT « employeurs » sont à l’initiative de l’employeur jusqu’à une certaine date dans l’année (pour ma part c’est le 01/11) où à partir de ce moment là, ils sont peuvent être pris ou imposés par l’une ou l’autre partie… Évidemment, les RTT employeurs servent à amortir les courtes périodes d’intercontrat. La répartition RTT employés/employeurs est assez variable selon les entreprises (30%/70%, 50/50, …)

  2. Pierre B dit :

    Incroyable. Merci à l’auteur. Je suis informaticien dans une toute petite structure, et n’ai du coup qu’une petite visibilité sur les évolutions du Syntec, et une piqure de rappel ne fait pas de mal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s