La direction d’Assystem persiste à ne pas vouloir augmenter ses salariés

Après une première grève sur le site toulousain d’Assystem à l’initiative de l’intersyndicale, la direction du groupe reste bornée à ne pas augmenter ses salariés.

La semaine dernière, les salariés d’Assystem Toulouse étaient nombreux à participer à la première grève du site (cf »L’Humanité : Première grève chez un sous-traitant d’Airbus »). Ils comptaient ainsi peser sur la rencontre du lendemain entre leurs représentants et les dirigeants. Après cinq années de vache maigre, ils voient leurs salaires stagner. Ce à quoi leur a proposée leur direction suffisante : 2% pour la moitié du personnel.

L’intersyndicale exigeait 4% d’augmentation générale, une prime de 500€ pour tous, un budget spécifique pour adapter les coefficients aux postes réels et une mise en place d’un entretien annuel spécifique sur les salaires. Sur les deux premières revendications, Assystem a dit niet. Pour le reste, la direction reste dans le flou en promettant de revoir ça en juin.

L’intersyndicale toulousaine ne se dégonflent pas et continue à peser dans le rapport de force : elle appelle à une nouvelle matinée de grève jeudi 3 mars avec un tractage devant les portes d’Airbus à Saint-Martin-du-Touch.

Publicités

A propos Nicolas Séné

Nicolas Séné, journaliste indépendant spécialisé dans les questions sociales, a recueilli une foule de témoignages. Il démontre, exemples vécus à l’appui, comment les cadres des SSII sombrent d’année en année dans un marasme professionnel, moral et personnel de plus en plus profond. Un malaise nouveau, typique du capitalisme actuel, dont personne ne semble avoir encore pris la mesure.
Cet article, publié dans Echo syndical, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La direction d’Assystem persiste à ne pas vouloir augmenter ses salariés

  1. Fred dit :

    Il serait bon, à cette occasion, de rappeler le niveau de dividendes réalisé par l’entreprise durant ces 5 années. Si les salaires n’augmentent pas, c’est à cause des actionnaires, qui ont certes investi dans l’entreprise, tout en exigeant, au nom du sacro-saint marché dérégulé, des taux de rentabilités déconnectés de la réalité de l’entreprise. Et au final, ces petits – ou grands porteurs – n’en branlent pas une pour faire tourner la boite.
    Or : sans les salariés, point de bénéfices !

    J’espère que cette grève – rarissime dans le secteur des SSII – augurera de nouvelles révoltes afin d’obtenir un juste, un jour peut être, équilibre entre marché et travailleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s